Utiliser l’attention et l’intention
pour mieux se guérir

« À l’âge de 72 ans, le père d’une amie a fait un double infarctus. Il a oscillé entre la vie et la mort durant plus de 24 heures. Alors qu’il était encore aux soins intensifs, cet homme s’est remémoré un épisode d’une série télévisée de vulgarisation scientifique animée par Fernand Seguin. L’épisode en question portait sur le pouvoir de l’esprit en matière de guérison. S’inspirant de cette émission, il a dirigé toute son attention sur le sérum qui s’écoulait de son bras. Il accompagnait en pensée chaque goutte qui tombait du sac : il la voyait littéralement se diriger vers son cœur malade. Lorsque la goutte atteignait son cœur, il lui disait : grâce à toi, je vais guérir. Le père de cette amie a non seulement survécu, il n’a jamais connu d’autres troubles cardiaques graves. »

Ce cas vécu illustre à merveille l’une des techniques thérapeutiques ayurvédiques présentée par Deepak Chopra dans Santé parfaite et qui consiste « à diriger son attention vers une zone du corps qui a besoin d’être soignée en y mettant une intention particulière ». Pour ma part, j’aime aller un pas plus loin en y associant l’action du prana, le souffle de vie. Le concept de l’attention-intention, je le présente ainsi : « Là où l’on met son attention, la vie prend forme. ». Il est essentiel de prendre conscience de l’endroit du corps où il y a constriction, car cette dernière va empêcher le prana de passer. Que ce soit pour contrer une douleur physique ou un ressenti émotif, il est donc nécessaire dans un premier temps de cibler l’endroit du corps où l’on sent la constriction, puis de mettre mettre son attention à cet endroit et enfin, en utilisant la technique de respiration consciente, de projeter avec fermeté l’intention de guérir.

(Estelle Miousse, décembre 2012)